73% des Chinois préfèrent les marques étrangères – 2

by yvonhuynh on 10 février 2007

a écrit : « Un label en crise, le 100% home made à l’épreuve. Chery a vendu 300 000 voiture en 2006, le classant parmi le top 4, tandis que Geely a vendu 200 000 voitures le classant parmi le top 10. Les constructeurs chinois sont partis de presque rien et en 20 ans sont devenus des acteurs crédibles de leur secteur. Mais cette croissance exponentielle s’est faite sur la quantité au détriment de la qualité. Selon un sondage, 90% des Chinois pensent que les constructeurs chinois n’ont pas encore de bases solides. Ils estiment en outre qu’ils sont à la traîne sur deux points par rapports aux joint-ventures: la qualité et le service après-vente.

Des prix bas avant tout! Donc aussi bien à l’étranger qu’en Chine, les constructeurs attaquent le marché par le prix. Des voitures très attractives donc, mais c’est après que l’addition devient salée. Quasiment personne n’est épargnée par les petits problèmes de fabrication ou de conception. Retours incessants au garage, intervalles d’entretien raccourcis, les consommateurs commencent à se rendre compte que les économies realisées fondent comme neige au soleil, voire pire, le prix final à payer peut être plus élevé encore. Quant on sait qu’une voiture équivaut à plusieurs années de salaire… Malgré tous ces défauts patents, rares sont les rappels de voitures par les constructeurs. Et ce n’est pas le service après-vente qui peut venir en aide, qualité du service, temps de réaction, logistique des pièces, tout laisse à désirer. Les constructeurs sont bien conscients de leurs faiblesses, c’est pourquoi leur seule façon de percer le marché est de proposer des prix très attractifs. Et c’est leur seul avantage à court terme. quel est l’avantage compétitif des marques locales? Aujourd’hui avec l’intensification de la concurrence, les joint-ventures sont obligées de baisser leur prix pour rester compétitifs. Du coup ils viennent menacer directements les promoteur du 100% home made. Ces derniers sont pris à leur propre piège, si les prix continuent de baisser il va y avoir de la casse. Manque de notoriété, manque de qualité et de service après vent digne de ce nom, les marques chinoises n’ont rien d’autre à apporter que leur prix bas. Quant aux joint-ventures, ils bénéficient de solides aides, et ne craignent pas la guerre des prix. Les racines du mal. D’une façon générale, en Chine, dont l’économie en vingt ans à été propulsée du stade de quasi rien à la quatrième économie mondiale, les entreprises doivent toujours faire face à un management perfectible. Tous les problèmes de fabrication sont dus à une mauvaise gestion de la production, mauvaise assurance qualité, pourtant ces lacunes sont parfaitement connues, d’ailleurs lorsque les décideurs évoquent la possibilité d’exporter aux USA, ils mettent en avant que cet aspect est fortement à améliorer. La seule chose qui reste à faire pour améliorer les choses sur le court terme serait au moins d’améliorer le service après vente. En chine il n’existe pas de tradition automobile, de culture de l’automobile, tout au plus on en est au tout début. Il reste un long chemin à parcourir pour acquérir de l’expérience. Quel avenir pour le 100% Home Made? Les locaux doivent très vite réfléchir à une stratégie à long terme, au risque de se faire assommer par une concurrence étrangère de plus en plus féroce. « 

Leave a Comment

CrawlTrack: free crawlers and spiders tracking script for webmaster- SEO script -script gratuit de d�tection des robots pour webmaster