Crise de l’automobile fatale aux dirigeants

Cette semaine on apprend que Christian Streiff n’est plus aux commandes de PSA, il a été congédié par la famille Peugeot, cette dernière démontre qu’elle est belle et bien aux commandes.

Le patron déchu a immédiatement réagi, jugeant « incompréhensible » la décision du conseil de surveillance au regard des premiers résultats du plan Cap 2010. Celui-ci a permis à l’entreprise de réaliser 2,4 milliards d’euros d’économies. Toutefois, selon un proche de M. Streiff : « Il n’est pas étonné compte tenu des rumeurs persistantes ces dernières semaines. Il l’est compte tenu de l’absence de débat avec Thierry Peugeot (président du conseil de surveillance). »

Presque en même temps, Rick Wagoner le PDG de General Motor démissionne sous la pression du gouvernement qui estime que GM et Chrysler n’ont pas fait assez pour mériter une aide de l’Etat.

l’entreprise dépense plus d’argent qu’elle n’en rapporte, et donc «échoue à un test fondamental de viabilité»

Cette démission n’est peu-être pas une surprise pour beaucoup de monde, GM creusait ses pertes depuis de nombreuses années algré des relances successives, les pertes en outre étaient de l’ordre de lusieurs milliards. C’est bien connu, pour une voiture vendue, GM perd 1000 dollars US à cause du système de retraite maison qu’il fallait financer. GM paie sa lenteur à répondre aux besoin des marchés US, qui encensaient la Smart qui enregistrait 30 000 commandes  avant même d’être vendue sur le territoire américain. Suite à un accord prévoyant le départ volontaire de 7500 salariés, GM doit comme Chrysler affronter l’avenir très mal en point.

Rick Wagoner a beaucoup fait pour lancer GM en Chine, prenant le leadership au détriment de Volkswagen en étant arrivé bien après la firme allemande. Mais cela ne suffit pas à le maintenir au poste, GM vend 1 millions de voiture en Chine , un peu plus du dixième des ventes mondiales de GM. Il sera remplacé par Frederick «Fritz» Henderson, tandis que Christian Steiff sera remplacé par Philippe Varin.

Quid de Carlos Ghosn?

Renault réimporte en Chine, Citroen optimiste

Réallumage du moteur en chine pour Renault

Suite au gel des investissements de de Renault en Chine et une crainte d’un report une fois de plus de la stratégie de la marque au losange, quelques mois après, Renault annonce qu’il va importer ses véhicules phares en Chine, notamment  la Laguna. Il ne compte pas rester sur ces actions offensives en Chine.

Renault will be positioned as a leisure and luxury brand, and it is scheduled to bring in 14 auto types including below-1.6L cars in the coming three years.

Vous l’avez bien lu, Renault se positionne comme marque de luxe en Chine.

La laguna est vendue à 300 000 yuans, soit 43 000 dollars US, soit environ 30 000 euros. La stratégie de Renault en Chine est surtout d’y importer des voitures de petites cylindrées, inférieure à 1.6 litres, et il faut s’attendre à une avanlanche de choix pusique 14 modèles sont programmés. Cependant il ne faut pas se réjouir si vite puisque les objectifs annoncés sont très modestes en ces temps de crise : 2000 à 3000 ventes pour 2009.

Citroen confiant malgré des performances faibles

Cela fait plus de 10 ans que Citroen est en Chine et ne se content actuellement que d’une part de marché de 2%, c’est ridicule et est plutôt symptômatique des marques françaises en Chine. Pas de risque pris, pas de marketing suffisants, même si PSA jouit d’une bonne réputation de fiabilité en Chine.

Cependant Citroen repose dans le futur sur d’autres pays comme la Russie et l’Inde. L’on retient que Citroen est surtout actif en Russie ces dernier et construit une plateforme aux alentours de Moscou.

A partir de 2011, le groupe PSA disposera d’une plate-forme dédiée au marché russe à Kaluga, ville située à près de 200 kilomètres à l’ouest de Moscou.