Bilan des ventes de motos chinoises 2008 Semestre 1

Les motos chinoises commencent à s’installer dans le paysage français. Bien que les grandes marques ne soient pas encore présentes, les petites parviennene tà écouler des quantités non négligeables. Pour comparaison avec l’année précédente (2007), reprenons quelques constructeurs chinois qui ont été classés dans les vents de deux roues en France. Continuer la lecture de « Bilan des ventes de motos chinoises 2008 Semestre 1 »

Projet de livre blanc

Livre blanc sur l’automobile chinoise, c’est dispo et gratuit!

Après 6 mois de gestion (un peu difficile je dois le reconnaître) je vous remercie pour votre patience !

Quelques thèmes n’ont pas été retenus pour cette édition, il faudra attendre l’année prochaine.

En bref le document de 56 pages brosse un portrait des voitures chinoises en 2007, ce n’est pas une photographie car le livre blanc ne parle que des acteurs majeurs du secteur. Ce livre sera enrichi au fil des années.

Merci à Joest J. Ouaknine pour son aide et ainsi que Erik « Laofan » pour sa préface.

Une information importante : seuls les abonnés à la newsletter pourront la télécharger. Pour vous abonner à la newsletter sur la barre latérale en haut.

 

Je vous souhaite de bonnes vacances !

 

Motos 125cm3, les Chinois veulent un morceau du gâteau

Un fait indéniable est que lorsque les motos japonaises ont débarqué en Europe, elles ont laminé tous leurs concurrentes occidentales (ou presque). Même les motos italiennes ne sont pas à l’abris d’un rachat comme BeneIli  est tentant de savoir si les motos chinoises avec leur fiabilité moindre mais au prix très compétitif secoueront la hiérarchie en cours.
tout d’abord, la bataille se déroulera dans els années à venir dans les cylindrées de moins de 125cm3, les Chinois ne maîtrisant pas encore la technologie des gros cubes. Voici pour illustrer l’évolution des ventes des moins de 125cm3 deux liens avec des chiffres à l’appui. Le gros paradoxe est que les constructeurs de motos chinois les plus aptes à s’internationaliser sont encore absents.

Les chiffres des ventes de motos (inclus les motos chinoises) en 2006 en France

Les chiffres des ventes de motos(inclus les motos chinoises) de 2007 en France

 En 2006 le premier deux-roues chinois en terme de ventes était à la 18 ème position (Jonway YY100 – 1 552 unités) dans le top35.
En 2007, le premier chinois était à la 20ème position (Jmstar CJ12M – 1 622 unités), suivi de Yiying YY125T – (1 581 unités) à la 22ème place et de Keeway Matrix 125 – (938 unités) à la 35ème place. Les Keeway sont des Qianjiang. Soit trois constructeurs chinois dans le top35.

Certes ils ont encore des progès à faire pour venir taquiner les Japonaises aux premières places. Rendez vous dans 5 ans pour décideer si les Chinois ont vraiment du potentiel ou alors si ce n’est qu’un feu de paille.

Salon du deux roues de Paris : interview des représentants de Benelli

Le Salon de Paris aurait été l’occasion de revoir des vieilles connaissances. Comme dit lors d’un précédent post, je fut un peu déçu. Mais par contre  j’ai fait la connaissance d’un gars très sympathique Aurélien Bruand, responsable technique pour Benelli France qui m’a touché deux à propos des activités de Benelli.

Continuer la lecture de « Salon du deux roues de Paris : interview des représentants de Benelli »

Salon du deux-roues de Paris : ou en sont les Chinois?

Largement moins médiatisé que les voitures, l’industrie chinois des motos n’en est pas moins mature, et en quête de nouveaux débouchés à l’étranger. Eneffet, dès l’ouverture économique de laChine, des centaines de constructeurs de motos sont nés sur le sol chinois. Des partenariat et transferts technologiques étaient conclus avec les Japonais, Honda et Suzuki principalement mais aussi Yamaha.

Continuer la lecture de « Salon du deux-roues de Paris : ou en sont les Chinois? »

Ajout d’une nouvelle rubrique sur le site : Les motos chinoises

Benelli Titanium

China-roots.com s’enrichit d’une nouvelle rubrique dédiée au monde de la moto chinoise. Bien avant que la Chine fasse parler d’elle dans le secteur automobile, la Chine était devenue déjà un marché de la moto de premier plan, avec 17 millions de deux-roues rien qu’en Chine. Et les scooters et autres 125cm3 ont déjà envahi l’Europe

Continuer la lecture de « Ajout d’une nouvelle rubrique sur le site : Les motos chinoises »

Moto – l’injection électronique en Chine Part 2

En fait, en Chine, l’injection électronique est une vieille histoire, datant de 1995, lors d’un congrès sur le moteur jà combustion interne, le general manager de Sundiro Hainan (dans le sud de la Chine), Sundiro est une joint-venture de Honda, a exprimé un grand intérêt pour le système d’injection directe d’Orbital, société australienne. Septembre 1998, Sundiro lança en fanfare le XDZ50DQT à injection en partenariat avec Orbital, le défunt Chunlan aussi se lança dans l’aventure. Cet événement annonça (ou plutôt fut censée annoncer) une nouvelle ère technologique en Chine. Mais la route fut semée d’embûches. Le XDZ50DQT, dont le projet a reçu le label de projet innovant par l’état chinois, ne fut pas une mince affaire du à des problèmes techniques et des retards. Finalement on arrêta les frais. Quant à Chunlan, ce ne fut guère mieux, le prototype montré en février 1999 fut en deçà des espérances. Enfin, Lifan, qui a tenté de lancer le LF125 et LF150 à injection, ce fut aussi un échec, parce que techniquement pas au point.

Continuer la lecture de « Moto – l’injection électronique en Chine Part 2 »

Moto – l’injection électronique en Chine Part 1

L’injection sur les deux roues est devenu un sujet chaud en Chine. Pour ce marché de 17 millions d’unités annuel, l’aspect consommation est le critère numéro un chez le client. Il y a quelques années, quelques entreprises ont tenté l’aventure de l’injection électronique, avec le fiasco que l’on sait. Pour ceux qui ne le savent pas, Chunlan (qui n’existe plus aujourd’hui en tant que constructeur de motos), y a laissé quelques plumes. QianJiang, un autre constructeur qui a racheté Benelli, s’était aussi lancé dans l’aventure avec Sagem UK, même constat d’échec.

Ici les facteurs qui rendent délicat la conversion à l’injection des deux-roues: D’abord la cylindrée unitaire, qui est bien plus petite que sur les voitures, il faut trouver un injecteur capable de tenir le ralenti, ce qui impose des quantités injectées très faibles, surtout au ralenti. Les Japonais disent qu’en dessous de 250cc unitaire, point de salut. Mais en 2006 lors du Salon de Milan, en novembre, les constructeurs chinois ont vu un nombre inhabituel pour ne pas dire la quasi totalité des constructeurs étrangers exposer des modèles à injection.

Continuer la lecture de « Moto – l’injection électronique en Chine Part 1 »