Guerre secrète entre SAIC et Nanqi

Automobile Le feuilleton Rover en Chine n’est pas encore terminé, au contraire la situation semble s’envenimer pour atteindre le stade de guerre ouverte.

Pour avoir annoncé publiquement le même jour 30 janvier 2007 le lancement de leur voiture respective ainsi que le prix, on est à se demander si les deux constructeurs ne se sont pas déclaré la guerre. Pure coincidence de calendrier? beaucoup de gens pensent que ces déclarations sont de simples offensives marketing, mais connaissez vous les événements qui ont conduit à ce dénouement? la veille du 30 janvier SAIC a invité les médias pour leur annoncer que le prix de la Roewe sera comprise dans la fourcette de 23-27 milles euros. Selon une source qui tient à rester anonyme, le 10 janvier SAIC était en mesure d’annoncer le prix de commercialisation de la Roewe, mais avait décidé d’annoncer publiquement le 31 janvier. De son côté Nanqi avait invité les médias le 20 janvier pour une annonce le 30 janvier, tout ceci laisse à penser que c’était bien orchestré. En fait les journalistes pensaient assister à un nouvel épisode des disputes au sujet de l’utilisation de la marque.

Après cette conférence de presse de Nanqi, le contenu a été mis sur le site web du constructeur, mais a vite été retiré car il contenait des informations à ne pas dévoiler…. Voici quelques extraits de cette conférence que j’ai réussi à retrouver: le porte parole de Nanqi a divergé de son discours pour distiller quelques phrases assasines sur le modèle du concurrent : »La Roewe est d’un design trop local, je conçois que c’est un produit 100% SAIC mais de là à dire que c’est un style britannique personne ne le croira. L’arrière de la voiture est d’inspiration japonaise et coréenne, comme quasiment toutes les voitures en Chine. Nous avons un cas d’école qui est la Teana (Nissan), regardez son arrière, croyez vous qu’il est de bon goût de le copier sur une Rover? »…

…Selon l’équivalent de l’euro NCAP en Chine à Tianjin, le MG TF est la première voiture de sport chinoise à avoir passé avec succès le test de collision avec 4 étoiles, ce modèle sera produit en même temps en Chine et en Angleterre.(fin de l’extrait) Du côté de SAIC personne n’a encore riposté. Jusqu’à l’époque du rachat de Rover, SAIC et Nanqi n’avaient rien de commun, pas même de produit concurrent dans leur catalogue. Il semblerait que SAIC soit en train de constituer un dossier pour attaquer juridiquement Nanqi sur la question des droits de production. Maintenant que la Roewe est sur le marché, il faut s’attendre à ce qu’elle fasse couler encore beaucoup d’encre.

Sur les forums les internautes ont constamment demandé à SAIC et Nanqi de s’associer pour ne pas faire deux fois le même travail, d’un côté Nanqi avec sa ligne de production et de l’autre SAIC avec ses dessins et ses hommes. Mais pour diverses raisons ça n’est pas allé plus loin. En fait les deux constructeurs étaient parvenus tacitement à un statu quo, comme dit un proverbe chinois: l’eau du puit ne doit se mélanger à l’eau de la rivière.Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu, des critiques toujours sur le Net ont monté, supputant que SAIC n’était pas en mesure d’annoncer un prix à cause des problèmes de qualité. Il est à craindre que la réputation de Rover n’en prenne un coup avec cette histoire qui n’en finit pas.

Moto – l’injection électronique en Chine Part 1

L’injection sur les deux roues est devenu un sujet chaud en Chine. Pour ce marché de 17 millions d’unités annuel, l’aspect consommation est le critère numéro un chez le client. Il y a quelques années, quelques entreprises ont tenté l’aventure de l’injection électronique, avec le fiasco que l’on sait. Pour ceux qui ne le savent pas, Chunlan (qui n’existe plus aujourd’hui en tant que constructeur de motos), y a laissé quelques plumes. QianJiang, un autre constructeur qui a racheté Benelli, s’était aussi lancé dans l’aventure avec Sagem UK, même constat d’échec.

Ici les facteurs qui rendent délicat la conversion à l’injection des deux-roues: D’abord la cylindrée unitaire, qui est bien plus petite que sur les voitures, il faut trouver un injecteur capable de tenir le ralenti, ce qui impose des quantités injectées très faibles, surtout au ralenti. Les Japonais disent qu’en dessous de 250cc unitaire, point de salut. Mais en 2006 lors du Salon de Milan, en novembre, les constructeurs chinois ont vu un nombre inhabituel pour ne pas dire la quasi totalité des constructeurs étrangers exposer des modèles à injection.

Continuer la lecture de « Moto – l’injection électronique en Chine Part 1 »

Hafei Motor devient le leader en export en Chine

Automobile Hafei Motor est basé dans le nord ouest de la Chine dans la ville de Harbin province du HeiLongjiang, a exporté 40000 voiture dans le monde.

Avec une concurrence en Chine de plus en plus rude, les constructeurs doivent mettre le paquet à l’export pour survivre. Ainsi Hafei Motor a bâti de longue date un réseau de vente hors des frontières chinoises depuis de longues années. Ses voitures sont vendues dans une quarantaine de pays incluant les USA et l’Italie. Le catalogue comporte une demi douzaine de modèles.

A Moscou, Hafei Motor a réalisé un coup d’éclat en vendant un milliers de voitures en à peine cinq mois. La recette pour réussir? Etablir un réseau avec un bon service après vente notamment par un bon approvisionnement de pièces détachées, voire même nouer un partenariat avec un acteur local par le biais d’un transfert de technologie comme c’est le cas en Malaisie avec Naza, et devient ainsi le premier constructeur chinois à externaliser sa production.

Son modèle LuBao (littéralement Trésor de la Route) s’y est vendue à 11000 exemplaires en 2006 sous une appellation plus locale Sutera qui veut dire la Soie). Il semblerait que le succès de Hafei tient à sa « Chinese Touch », les clients le perçoivent comme une vraie marque 100% chinoise. Pour marquer encore son internationalisation, lors du Salon de Genève, Hafei y a exposé sa SongHuaJiang. Mercedes en a commandé plusieurs exemplaires pour benchmark, conclusion : « Nous ne sommes pas en mesure de fabriquer à un si bon rapport qualité prix »…

Toyota Guanzhou veut damer le pion à Honda en 2007

Toyota Guanzhou veut damer le pion à Honda en 2007 avec la Camry et retarde la production de la Yaris

Lors de la réunion annuelle de la présentation de la stratégie de Guangzhou Toyota, voici les points forts l’année 2007 : augmentation de la poduction de la Camry qui passera de 60 000 unités à 150 000 unités. De ce fait, la fabrication de la Yaris sera repoussée en 2008. Selon le le vice directeur, Yuan Zhong Rong, « les ventes sont allées au delà de nos attentes, on s’attendait à un exercice déficitaire, mais on a eu la bonne surprise de réaliser des bénéfices. Rien que pour l’année 2006 nous avons payé 170 millions d’euros d’impôts (En Chine il est coutume d’indiquer le montant de l’impôt acquitté pour souligner la bonne santé de l’entreprise).

Et Yuan Zhong Rong de souligner que l’année 2007 ne verra pas beaucoup de nouveau modèles sortir dans le segment milieu haut de gamme, d’où l’opportunité qui se profile. En fait, le concurrent direct de la Camry est l’Accord. Toyota ne lésine pas sur les moyen pour contrer son compatriote, et va jusqu’à reporter la date de production de la Yaris, compte tenu de la limitation de la cadence de production de l’usine, cette dernière est taillée pour une cadence de 20 000 unité par mois, mais doit se contenter de 13 000 par mois jusqu’à juin 2007. Du côté de chez Honda, Il s’en est vendu 120 000 Accord en 2006 et prévoit de lancer une nouvelle version de l’Accord en 2008. Honda annonce d’ores et déjà que ses prévisions de ventes en 2007 dépasseront 310 000 unités. 2007 sera l’année du duel Camry/Accord.

La 300 000ème QQ3 sortie des chaînes de Chery

Ce jalon témoigne du succès de Chery, constucteur de second rang en Chine.

Cette 300 000ème voiture témoigne du succès de Chery, en particuliers dans le segment des voitures compactes. Mise sur le marché au mois de mai 2003, avec un design qui sera considéré comme moderne par la clientèle potentielle d’alors. Très vite bénéficiant de bonnes critiques, la voiture va très bien se vendre, ainsi 100 000 unités vont s’écouler deux années de suite, elle va truster pendant 22 mois le titre de meilleure vente. Le succès en Chine aidant, elle sera exporter dans une vingtaine de pays, essentiellement en Afrique (pas en Europe ni aux USA). Dernièrement, l’ambassadeur de Cuba a visite l’usine et a signé une commande de 1000 véhicule dont une majorité de QQ.