Salon du deux-roues de Paris : ou en sont les Chinois?

by yvonhuynh on 11 octobre 2007

Largement moins médiatisé que les voitures, l’industrie chinois des motos n’en est pas moins mature, et en quête de nouveaux débouchés à l’étranger. Eneffet, dès l’ouverture économique de laChine, des centaines de constructeurs de motos sont nés sur le sol chinois. Des partenariat et transferts technologiques étaient conclus avec les Japonais, Honda et Suzuki principalement mais aussi Yamaha.

Les Chinois ont copié intensément les Japonais et tout particulièrement Honda et Suzuki. Quasiment toute la production était focalisée sur les petites cylindrées de 50 à 125 cc. Très peu de 250cc, et rien au- dessus. Aujourd’hui on en est quasiment au même point sauf que des gros 
constructeurs ont consolidé leurs positions en Chine. En France, énormément de marques chinoises sont en fait des petits constructeurs. Etrangement, les grands ne sont sont pas si présents en France et par extension en Europe. Personnellement, j’ai travaillé avec des marques qui produisent plus de 1 millions de cycles par an, et à ma connaissance, à part Jialing, Jianshe, Zongshen et Lifan, les marques importées en France ne dépassent sans doute pas les 500 000 par an. Lors du salon de Milan en 2005, il y en avait une cinquantaine, dont les stands se réduisaient souvent à une bannière avec une ou deux personnes prêts à prendre les commandes, aucun produit exposé pour certains. J’ose penser qu’il ne feront pas des affaires sur le long terme. Les petits constructeurs seront voués à disparaître dans les années qui viennent, car la Chine va instaurer des normes antipollution qui élimineront beaucoup d’entre eux. Seule une intervention des gouvernements locaux pourrait les protéger de la fermeture, après tout, ce sont de gros employeurs. Mais comme ils ne possèdent aucune ressource pour faire de la recherche et développement, leur survie semble compromise. Les grands constructeurs quant à eux ont beaucoup investi dans la recherche et développement, et même s’ils ne disposent pas de ressources intellectuelles pour avoir une force de frappe digne de Honda, ils font beaucoup d’efforts pour rattraper leur retard. Ce sont justement ces constructeurs que j’espérer voir sur le salon, et j’avoue être un peu déçu, car je n’ai vu quasiment personne.
Personne à part Qianjiang. Plus connu en Europe sous le nom de Keeway. Keeway est une marque bâtie en Europe de l’Est, qui vend des produit OEM de Qianjiang. Qianjiang a racheté en intégralité l’italien Benelli et a donné une impulsion industrielle en y injectant de l’argent pour sortir des nouveaux modèles.
Je vous dévoilerait dans l’avenir les belles photos que Benelli m’a données dans leur press kit.

Update 16 Sept 2008 : Les marques de motos chinoises devraient faire attention à ceux qui les représentent dans les marché exports. J’ai eu de nombreux exemples de clients qui se plaignaient de Scarabus, ces derniers sont traités de voleurs par quasiment touts les internautes venus déposer leurs avis sur des sites web spécialisés. Bien que ces escrocs (s’il était avéré) gagnent de l’argent, leurs actinos vont endommager de façon indirecte les marques chinoises qui seront associées de facto à cette image déplorable. Par exemple, j’ai eu de nombreuses question d’internautes me demandant où trouver des pièces de rechange pour des Quads Lifan. Il semble qu’en France il n’y ait pas de service après vente pour les Quads Lifan. C’est un peu gênant. Si vous pouvez me prouver le contraire je serait heureux vous offri une tribune dans ce blog.

Leave a Comment

CrawlTrack: free crawlers and spiders tracking script for webmaster- SEO script -script gratuit de d�tection des robots pour webmaster